Un hôpital mieux adapté aux besoins, en 2026

Plusieurs maires et mairesses de Vaudreuil-Soulanges, du personnel du milieu de la santé, des citoyens engagés et des médias locaux et nationaux étaient réunis au CLSC de Vaudreuil-Dorion le 22 mars, dans le cadre d’une annonce en lien avec l’hôpital de Vaudreuil-Soulanges.

La présence du premier ministre Philippe Couillard et du ministre de la Santé Gaétan Barrette aux côtés des députées régionales Marie-Claude Nichols et Lucie Charlebois laissait croire dès le début de la conférence de presse à une annonce d’envergure pour le projet d’hôpital régional.

Le premier ministre a pris la parole pour annoncer ce qu’il a qualifié de nouvelle étape dans le projet. Concrètement, il a annoncé que le projet d’hôpital de Vaudreuil-Soulanges a été revu et doublé dans sa capacité. Plutôt que de contenir les 250 lits prévus initialement, l’hôpital régional en comptera 404. On y ajoute également un bloc opératoire de 10 salles et une urgence pouvant accueillir 41 civières.

Des 404 lits, 217 seront dédiés à la médecine, 94 à la chirurgie, 24 à la pédiatrie, 25 à l’obstétrique et 44 à la psychiatrie. En plus des 10 salles d’opération dont deux seront dédiées à l’obstétrique, le bloc opératoire comprendra une salle de réveil de 14 civières et 25 civières pour la chirurgie d’un jour.

Ces changements se justifient par l’évolution démographique de la région de Vaudreuil-Soulanges. La population est en hausse, et les besoins le sont aussi. Cet ajustement est nécessaire, c’est évident, a laissé entendre Philippe Couillard lors de son allocution. Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a renchéri en indiquant que toutes les analyses réalisées par le CISSSMO ont démontré clairement que le projet initial comptant 250 lits était nettement insuffisant pour répondre aux besoins régionaux.

Je confirme sans l’ombre d’un doute la construction d’un hôpital d’envergure ; l’un des plus gros hôpitaux après les grands projets de Montréal, a ajouté le premier ministre.

Échéancier

Parallèlement, le premier ministre a abordé la question de l’échéancier. Il a précisé que la construction débutera en 2022, pour se terminer en 2026. Ce projet est soumis à la directive sur les projets majeurs et doit respecter les étapes de planification prévues par la loi. Conséquemment, il faut envisager de consacrer environ quatre ans pour compléter le dossier d’affaires et ainsi commencer les travaux, peut-on lire dans le communiqué de presse.

L’ensemble du projet est évalué à 1,5 milliard de dollars. Il sera entièrement financé par le Plan québécois des infrastructures de ministère de la Santé et des Services sociaux.

Ce que l’on annonce aujourd’hui, c’est le futur. L’hôpital qu’on va construire ici, ce sera un hôpital réfléchi, à une grosseur qui tient en compte le développement de la région. On ne veut pas faire comme à Le Gardeur par exemple, où l’on a construit trop petit, et que 15 ans plus tard, il faut investir pour conserver l’hôpital opérationnel. On veut se fier sur des projections adéquates. C’est une bonne nouvelle », a exprimé Gaétan Barrette.

Les députées Lucie Charlebois et Marie-Claude Nichols se sont dites émues et ravies de l’annonce.

Je veux vraiment insister sur le travail d’équipe, dans toute la communauté. Marie-Claude et moi, on travaille tellement fort sur le dossier. Je suis fière, on vient de franchir une étape importante, a lancé Lucie Charlebois.

Je suis contente que l’on présente un échéancier réaliste; je pense que le premier ministre a bien insisté là-dessus. Parfois, la population se demande pourquoi on n’entend pas parler de l’hôpital, mais on travaille sur le dossier tous les jours. Il y a énormément de détails et d’aspects au projet, a affirmé Marie-Claude Nichols.

Accueil mitigé

L’annonce a été accueillie de manière mitigée par les personnes qui ont assisté à la conférence de presse, et tout particulièrement sur les réseaux sociaux, où un cynisme beaucoup plus marqué teinte les réactions.

Pour sa part, le maire de Rivière-Beaudette et préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges Patrick Bousez avait une position nuancée.Ce que l’on retient, c’est que c’est un investissement majeur de 1,5 milliard de dollars. On double la superficie; on ne peut que s’en réjouir. Cependant, ce qui nous attriste, c’est l’échéancier. Qu’est-ce qui s’est passé depuis 2010? », se questionne-t-il. Et d’ajouter :On va prendre ça un dossier à la fois et vivre avec les décisions qui seront prises.

La réaction est semblable du côté de Denis Lapointe, président de la Fondation du Centre Hospitalier Vaudreuil-Soulanges. Je suis content, on attend depuis longtemps. C’est sûr qu’il y a une déception parce que la livraison est repoussée de 4 ans par rapport à l’échéance initiale de 2022. Mais on double la superficie, alors je pense que ça vaut la peine d’attendre et que la population en sort gagnante, a-t-il formulé.

Sur les réseaux sociaux, la majorité des internautes ont exprimé une vive déception de voir le projet repoussé de nouveau.

Par : Stéphanie Lacroix

Journaliste, Viva média

Lire la suite sur VIVA média : Un hôpital mieux adapté aux besoins, en 2026 http://www.viva-media.ca/?p=43714

Comments are now closed for this article.